Accueil > Ancien Site > Base du Douron > Accompagnement de projets > Agenda 21 scolaires > Comment mettre en oeuvre un Agenda 21 d’établissement scolaire (...)

Comment mettre en oeuvre un Agenda 21 d’établissement scolaire ?

mardi 13 février 2007

L’Agenda 21 désigne à la fois le projet d’établissement pour le développement durable et les plans d’actions successifs qui vont le concrétiser.

1. Impulser la démarche

- Donner du sens au projet d’établissement.

- Identifier toutes les catégories d’acteurs à associer au futur plan d’actions.

- Mobiliser les financements.

L’Agenda 21 peut être proposé par divers acteurs.
Pour lui donner le poids nécessaire auprès des élèves et de la communauté, l’initiative doit être portée par le chef d’établissement et partagée par l’ensemble de la communauté scolaire.
L’engagement dans la démarche fera l’objet d’une information dans l’établissement et dans la commune. D’une manière générale, l’information et la communication sont indispensables à chaque étape de l’Agenda 21. Apportant à tous le même niveau d’information, la communication vise à transmettre le goût de débattre et d’agir.

Des partenaires et des programmes peuvent accompagner financièrement l’Agenda 21 scolaire, soit dans le cadre du projet global, soit pour des actions ponctuelles. Si la mise en œuvre de l’Agenda 21 a un coût, elle permet aussi rapidement des économies (consommations d’eau, d’électricité, de chauffage, de papier…).

2. Organiser le pilotage

- Constituer un comité de pilotage.

L’Agenda 21 est conduit par un comité de pilotage qui coordonne la démarche, l’anime avec les acteurs et les partenaires et prépare les décisions à soumettre au Conseil d’Etablissement..
Il est idéalement présidé par le chef d’établissement.
Le comité de pilotage sera animé par un « pilote » ou un « groupe pilote » qui coordonnera les actions et veillera à l’avancement des différentes étapes.
Le comité de pilotage s’assure que les principes et les enjeux de l’Agenda 21 Scolaire sont pris en compte.

- Dynamiser les initiatives existantes.

L’Agenda 21 n’est pas à considérer comme une action isolée au sein de l’établissement. C’est un changement de regard sur les actions entreprises dans le cadre du projet d’établissement, en les reconsidérant sous un autre angle. C’est une mise en cohérence de ce qui se fait déjà et de ce qui est à venir.
L’Agenda 21 permet de faire le point sur ce qui est en cours, sur ce qui est à retenir, à optimiser, à développer. Chaque action trouve alors sa place au sein d’un projet global qui lui donne du sens.

3. Réaliser le diagnostic partagé

Le rôle essentiel du diagnostic est de mettre en évidence les axes de progrès à investir afin de concevoir le projet d’Agenda 21.
Il s’agit avant de s’engager dans la démarche d’être informé sur la réalité de l’établissement, sur ses impacts environnementaux et sociaux, sur ses points forts et ses points faibles, sur les dispositifs déjà mis en place et leur efficacité… Ces informations doivent être partagées par tous les acteurs de l’Agenda 21.

- L’état des lieux.
Il s’agit de recueillir des données quantitatives et qualitatives issues d’investigations menées par l’ensemble des acteurs de l’établissement, pour constituer un état des lieux de l’impact de l’établissement et permettre à chacun de comprendre son environnement.

- Le diagnostic du vécu et des attentes.
Après diffusion d’une synthèse de l’état des lieux, il est important de consulter les acteurs de l’établissement à la fois sur les enjeux prioritaires et sur le projet Agenda 21. Cette partie du diagnostic vise à amener les acteurs à réfléchir et à s’exprimer sur le projet ; et à évaluer les capacités de mobilisations des acteurs.

4. Définir les axes de progrès et rédiger l’Agenda 21

Choisir des axes de progrès, c’est identifier les enjeux prioritaires de développement durable et définir les objectifs opérationnels et pédagogiques pour faire vivre l’Agenda 21 au sein de l’établissement.
Grâce au diagnostic, le comité de pilotage dispose d’informations nécessaires pour animer la concertation, indispensables pour choisir les axes à investir. Il veillera à donner une dimension concrète à cette concertation, elle doit aboutir à la rédaction de l’Agenda 21.

5. Elaborer et mettre en œuvre le premier plan d’actions

Il s’agit de définir la durée du plan d’actions ; de choisir les actions prioritaires à mettre en œuvre et mobiliser les partenaires utiles pour leur réalisation ; d’organiser les travaux (constitution de groupes de travail…) ; de sélectionner des indicateurs d’objectifs et de résultats ; de concevoir les fiches actions ; de rédiger, diffuser et mettre en œuvre le plan d’actions.

Ce n’est pas la quantité des actions à mettre en œuvre qui prime, mais leur capacité à mobiliser les élèves et à donner des résultats positifs et visibles.

6. Evaluer la pertinence des axes et les résultats du plan d’actions

L’évaluation répond à l’objectif de transparence de la conduite de l’Agenda 21. Il s’agit d’informer tous les acteurs et partenaires des résultats acquis et de conduire une réflexion sur l’efficacité de la démarche, apportant ainsi les conditions d’une amélioration continue de l’action collective.

Les différentes étapes de la démarche d’Agenda 21 Scolaire sont menées dans un processus permanent de participation, de concertation et d’évaluation.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0