CPIE Pays de Morlaix Trégor

Accueil > ULAMiR-CPIE Pays de Morlaix-Trégor > Environnement et développement durable > Vélo et mobilité active

Vélo et mobilité active

lundi 25 mai 2020

Vélo et mobilité active

Pour une mobilité active

Ce que nous n’aurions jamais osé rêver un organisme microscopique l’a permis : donner à voir, à entendre, à respirer une ville avec très peu de véhicules motorisés. Presque deux mois avec peu de voitures donc. Impensable, même pour les plus illuminés d’entre nous. Du coup, que ce soit à pied ou à vélo, arpenter les rues de l’agglomération morlaisienne nous aura procuré un plaisir inconnu, de la joie même, lors des déplacements autorisés durant le confinement, respirant un air de qualité retrouvée. S’est ainsi révélée là une qualité première de l’espace public de la ville : un lieu où l’on peut se déplacer en toute quiétude, où l’on est du coup attentif à la ville, à son architecture, aux jardins, au chant même des oiseaux. Où l’on se remplit d’une sensation apaisante, les sens en éveil au fil d’une mobilité active, à pied ou à vélo. Bien sûr que le moment d’après, maintenant donc, les automobiles tendent à reprendre leur place. Mais, cette expérience doit être une indication forte pour transformer durablement les usages de l’espace, des voies urbaines et de la route plus généralement, pour retrouver la saveur d’un espace public partagé ayant banni les rapports de puissance, favorisant une vie urbaine source de vie et de savoir vivre. Le maître mot de cette évolution est la priorité donnée, en toutes circonstances, à l’usager le plus faible : celle du piéton sur le cycliste et l’automobiliste, celle du cycliste sur l’automobiliste. Elle engage par conséquent une révolution mentale de tous, concepteurs, décideurs et usagers. La Loi sur les mobilités (Décembre 2019) fait des mobilités actives une alternative au tout voiture et met fin à son règne sans partage dans les espaces publics. Les outils en sont la prévision, l’aménagement et des financements. Le levier est celui de la puissance publique : Etat, région, communes et communautés de communes.
Au plan d’un bassin de vie comme l’est le Pays de Morlaix c’est établir le schéma des déplacements de la population au quotidien - lui-même relié aux schémas départemental, régional et national - : pour le travail, les loisirs, la culture, les achats, les balades, … Il reste à concevoir. Ces schémas de déplacements sont également à penser en continuité dans les bourgs et avec l’agglomération centre, en intégrant les piétons et les personnes à mobilité réduite.
Passé ce moment transitoire du confinement il appartient donc à tous les acteurs : publics, associatifs, entreprises, mais aussi aux habitants, de maintenir ouverte la fenêtre d’accélération des mobilités actives engendrée par le confinement. Pour sa part, l’APAV incite et épaule les associations de parents qui souhaitent mettre en place un cheminement piétons sécurisé pour l’école, encore appelé Pédibus. Un itinéraire est établi sur lequel des parents et des bénévoles accompagnent les enfants vers l’école et à sa sortie. L’école elle-même a désormais pour obligation de permettre à chaque enfant, à la fin du primaire, de savoir circuler à vélo dans les espaces publics en sécurité (disposition de la Loi LOM, décret à paraître). Aux collectivités la charge d’améliorer les aménagements qui permettent aux piétons d’arpenter l’espace public en toute quiétude. Élargissement des trottoirs devant les équipements publics avec des aménagements spécifiques pour les personnes à mobilité réduite, neutralisation des stationnements en amont des passage piétons pour accroître la visibilité et l’interactivité entre piéton et automobiliste. Hiérarchisation des espaces : création d’aires piétonnes, de zones de rencontre, mise en zone 30 de l’ensemble aggloméré. L’APAV prépare une carte minutée des déplacements à pieds entre les équipements publics et les principales administrations de la ville de Morlaix : ce sera le « réseau piétro morlaisien ». Pour les cyclistes l’APAV fait des propositions1 aux collectivités pour la création de pistes cyclables provisoires (à pérenniser) offrant un véritable maillage qui permet les déplacements vélo en continuité sur l’ensemble des espaces, la généralisation des sas vélos, la création de places de stationnement vélo réparties dans des lieux utiles aux cyclistes, la généralisation des doubles sens cyclables – où cela peut se faire en sécurité (dans les rues à sens unique situées en zone 30) -. Améliorer partout la matérialisation au sol des trajectoires cyclistes dans l’agglomération.
Pour une mobilité active, à pied et à vélo, en phase avec les exigences de la fin des émissions de CO 2 et la fin du règne sans partage de la voiture, pour le bien-être et la santé de tous, pressons le pas de la transition !

Association A Pied A Vélo en Pays de Morlaix, 21 Mai 2020.