CPIE Pays de Morlaix Trégor

Accueil > ULAMiR-CPIE Pays de Morlaix-Trégor > Environnement et développement durable > Questions/Réponses à Jean Luc Fichet

Questions/Réponses à Jean Luc Fichet

mardi 19 mai 2020

Questions/Réponses à Jean Luc Fichet

Jean-Luc FICHET, sénateur de notre territoire, se propose de répondre aux questions des habitants sur cette période si particulière que nous vivons. Nous recueillons vos questions par mail et nous déciderons des modalités de réponses à vos questions selon le nombre et les thématiques.
N’hésitez pas à faire remonter vos questions et préoccupations.

La thématique de la question de la semaine est sur l’alimentation

- Question : "Monsieur le Sénateur, la période du confinement a montré dans notre territoire l’attachement de nos concitoyens aux producteurs locaux et aux circuits courts, l’ULAMIR a d’ailleurs donné l’informations sur ces producteurs en temps réel, ce qui a été utile et réconfortant.

Dans la période incertaine qui s’ouvre, ne serait-il pas judicieux de reprendre et d’approfondir l’ambition d’une autonomie alimentaire de notre territoire (Pays de Morlaix, Morlaix-Communauté ?) et de le préparer ainsi à un avenir incertain. De belles initiatives existent déjà, soutenues par le Département du Finistère mais plutôt dans le sud du département. L’offre en circuit court ne risque t‘elle pas de concurrencer nos commerces de proximité ? comment privilégier les modes de production plus respectueux de l’environnement, soutien à l’agriculture bio etc ? l’occasion de réconcilier le monde agricole et les consommateurs : André Sergent, président de la Chambre Régionale d’Agriculture, a déclaré sur Tebeo, il y a quelques jours que « la profession » devait tenir compte de l’intérêt manifesté par nos concitoyens pour la consommation de produits locaux. Belle occasion d’avancer sur ce sujet qui nous concerne tous. Bien cordialement.

Marie-Catherine Lecocq "

- Réponse de Jean-Luc FICHET, Sénateur de notre territoire :
" Merci Marie Catherine pour cette question très importante et très complexe sur le sujet de l’autonomie alimentaire.

Le 28 mai prochain, je présenterai au Sénat avec ma collègue Francoise Cartron un rapport sur l’alimentation en 2050.

Travail que nous avons effectué dans le cadre de la Délégation à la Prospective. Ce que l’on peut dire c’est qu’en 2050 il nous faudra nourrir une population de 9 a 10 milliards d’êtres humains

L’alimentation et plus largement les systèmes alimentaires s’articuleront autour de ce qu’il est convenu d’appeler le nexus alimentation -santé-environnement – agriculture . dans ce futur. Les circuits courts doivent trouver une place importante dans notre alimentation. Se posera la question des volumes pour répondre à la demande. Parallèlement on constate que les aliments ultra transformés occupent une place croissante.

Cependant une enquête de la CCAF (Comportements et Consommations Alimentaires) de 2016 précise l’importance grandissante du critère de proximité dans les critères d’achats. La question qui subsiste c’est l’accessibilité liée au coût pour les populations au revenu modeste. La transition vers une agriculture agro environnementale est en cours, mais il faut avoir conscience que cette transition représente un coût pour les agriculteurs ; un accompagnement par des aides publiques très encadrées et très ciblées doit été amplifié pour accélérer la transition et répondre à la demande.

Une complémentarité doit pouvoir se mettre en place entre producteurs et commerce de proximité pour répondre à la demande grandissante et à l’obligation de respecter les règles sanitaires et du commerce.

Le monde agricole dans sa grande majorité progresse, il faut simplement qu’il puisse été assuré de pouvoir vivre correctement de son travail.

Pour conclure, retenons cette phrase de Jean Francois Soussana vice président de l’INRAE lors de son audition : « nous vivons au dépens d’une banque du sol qui est en train de perdre son capital »."